Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par NOVIAL INSTITUTE SAS

Nous sommes nés avec un cerveau mais nous ne l’utilisons pas tous de la meme façon de par sa construction, nos origines et nos environnements. Comme il est important de marcher sur ses deux pieds, il est tout aussi fondamental de fonctionner sur ses quatre parties de cerveaux pour mieux se connaitre, comprendre l’autre mais aussi de travailler en équipe et gérer un risque, un projet ou une crise.

Par François CHARLES

Coach, conseil, formateur et auteur en stratégie et management, certifié MBTI, utilisateur HBDI

J’ai découvert le Hermann Brain Dominance Instrument (HBDI) avec un confrère qui voulait l’appliquer au jeu de golf, ce que j’ai fait ensuite fait avec le MBTI (golf & type) commun dans les fonctions croisées mais plus complet car intégrant les polarités d’attitude. Je l’ai ensuite appliqué au coaching de cavalier (horse & type).

Conforme à mon profil psychologique et mon approche scientifique, j’ai intégré la méthodologie cervicale après avoir vérifié les différences produites par les électrodes qui s’éclairaient différemment entre deux personnes pour une meme question posée et qui montraient que le cerveau gauche controlait les membres droits.

Comme pour le MBTI, la technique HBDI consiste d’abord a identifier nos préférences de fonctionnement pour comprendre qui nous sommes, identifier et nous accutumer à nos zones d’ombre pour gérer le stress face à une situation, une personne ou un groupe et comprendre que nous pouvons agir en équilibre. Ccontrôler son stress, c’est  aussi reconnaitre son coté positif pour nous maintenir en veille, éviter une trop grande confiance et un trop grand lâcher prise.

Nos avons un hémisphère gauche qui agit de façon logique en haut (cortical codé bleu) et logistique en bas (limbique codé vert). Nous avons un hémisphère droit qui agit de façon intuitive en haut (codé jaune) et sentimentale en bas (codé rouge). Profiterons-en aussi pour passer en revue notre OP²AC3Q3 ®.

La partie logique bleue veut connaitre les faits : « quoi » et « combien ». Portée sur la raison, elle nous aide dans l’analyse, l’affirmation de soi, la compétition, le résultat, « l’ici et maintenant », le raisonnement, la critique, l’évaluation, la technique, les mathématiques, la gestion, l’expertise, la rentabilité financière et le re-engineering. Le bleu utilisera le 5M, le 5S, le GANTT. Les bleus ont peur de l’erreur, de changer de modèle de pensée et ont trop foi dans les chiffres, proches du travaillomane de la PCM.

La partie logistique verte veut connaitre le process : « quand », « où » et « comment ». Portée sur l’organisation, elle relate l’historique, agit avec organisation et méthode, règles et procédures. Elle s’attache à la production, le contrôle, la méticulosité, la fiabilité, la qualité, les systèmes d’information, la sécurité, la conservation, l’administration, la réalisation, la planification, la persévérance. Les verts ont peur de perdre du temps et de sortir de l’élément sécurisant, comme le 6 de l’Ennéagramme.

 

La partie intuitive jaune cherche à connaitre la finalité : « pourquoi ». Portée sur l’imagination, elle aime les métaphores, le brainstorming, les analogies, les dessins, la vision globale, la découverte, l’innovation, la créativité, l’art, l’anticipation, la conception, la synthèse, l’intuition, l’association d’idées. Le jeune a peur de ne pas pouvoir définir clairement le problème en faisant beaucoup de parenthèses, comme le persévérant de la PCM, et bondit trop vite vers les solutions.

La partie sentimentale rouge cherche à connaitre les histoires de personnes : « qui, pour qui, avec qui, contre qui ». Portée sur la relation, elle est propice au travail en équipe, à l’approche client, au développement personnel, à la communication. Elle aime l’empathie, l’animation, l’altruisme, l’impulsivité, la sociabilité, l’émotion, la musique, la spiritualité et l’expression verbale. Les rouges ont peur d’être seuls et de déplaire, surtout en groupe.

Maintenant que nous avons vu le « quoi » (bleu), certains d’entre vous se demanderont maintenant  « pourquoi »  (jaune) apprendre ceci alors que d’autre voudront aussitôt savoir « comment » (vert) le mettre en œuvre ou « à qui » cela va servir. Mais certains seront sensibles à deux, trois ou quatre questions.

Une analyse de problème ou une gestion de crise sera d’autant mieux traitée que les quatre parties du cerveau seront représentées en séance. Le penseur stratégique aura plutôt  un équilibre cervical car les questions clés « quoi, pourquoi, quand et qui » apparaissent réparties sur les 4 quadrants.

Vous pouvez passer un de ces nombreux tests ou alors deviner vos préférences spontanées par des éléments vécus. Comment aborderez-vous le compte rendu d’un feedback de votre choix (pour éviter le traditionnel accident). Préférerez-vous un historique ou des faits ? Vous concentrerez-vous sur les gens ou sur l’action d’après ? Mais qu’attendra surtout votre correspondant ? Le bon manager agira comme il faut et non comme il est et il le veut, sauf parfois en cas de mauvaise volonté de synchronisation de  son interlocuteur.

Nous retrouvons les parties du cerveau dans les fonctions du MBTI mais les polarités n’y apparaissent pas parallèles mais croisées. La balance de prise d’informations S (concrète) / N (conceptuelle) est orientée vert / jaune et la balance de prise de décision T (logique tète froide) / F (affective avec le cœur) est orientée bleue / rouge.

J’utilise volontiers le MBTI (voir autres articles) comme le HBDI pour développer une écoute active et des relations raisonnées, sans consommation d’énergie, en jouant avec les polarités seules ou doubles plutôt qu’en utilisant les profils complets (ENFP…). Quand le HBDI recommande de fonctionner sur ses quatre parties de cerveau, Le MBTI recommande de marcher sur ses deux pieds, de façon équilibrée sur chacune des quatre balances (ressourcement, recherche d’information, prise de décision, organisation). Une fois le pied d’appel identifié, comme dans le sport, il ne change jamais mais peut être différent d’une personne à l’autre.

Bien sur il n’y a pas de vérité toute faite mais il y a sans doute des attitudes plus adaptées à certaines situations et certaines personnes. Le S vert est stressé quand on lui demande de faire faire, de déléguer sans contrôler, de produire des idées, d’élaborer une vision et synthétiser. Les réflexes primaires du S seront de valoriser le résultat, observer, repérer, noter, se fier à l’expérience, se méfier des idées nouvelles  alors qu’il ignore sans doute son potentiel pour la conception, l’abstraction, l’imagination, le futur, la recherche du sous-jacent, comme un N et inversement. Il en est de même pour les trois autres polarités.

Jouer avec les polarités du MBTI, comme celles du cerveau, c’est gérer son stress et la relation. Un S vert pourra trouver qu’un N jaune est flou, changeant, non concret sauf s’il tente de se mettre à sa place, ce qui sera facilité si son coté F rouge est assez développé. Mais ce S vert pourra aussi faire effort de parler ou écouter comme un N jaune, de même que le T bleu  pourra aussi parler ou écouter comme un F rouge. C’est un peu « vis ma vie », comme entre ingénieurs et gestionnaires qui développent généralement des cerveaux différents. Chacun peut développer son cerveau endormi en allant plus vers les gens, en tentant d’imaginer, ou porter plus attention à sa gestion ou la recherche des causes en remontant l’historique.

Pourquoi ne pas installer avec courage sur nos bureaux des petits chevalets avec nos polarités ou alors porter des badges pour faciliter nos relations, éviter nos pertes d’énergies et rester dans une dynamique positive ? 

l'image du Sage

l'image du Sage

Commenter cet article

web design software 08/07/2014 14:25

We all got a superb brain up in the head and we just failed to use It wise and correctly and at the exact moment of need. That is what imaginative and intelligent guys do. Thank you for sharing this interstiing article.