Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par NOVIAL INSTITUTE SAS - Groupe NOVIAL - NOVIAL CONSULTING

Après un ancien article où je m’étendais sur la façon de s’y retrouver entre les différentes formes de coaching, je trouve utile et nécessaire de compléter cet exercice par les liens avec la psychanalyse, sans forcément les opposer, mais en rappelant certaines réalités.

Par François CHARLES

Coach professionnel certifié indiv & groupe, MBTI, TMS, créateur du modèle SPM,  conseil en stratégie et management

fcharles@novialgroup.fr

Selon le Larousse, « la psychanalyse est une méthode d’investigation psychologique visant à élucider la signification inconsciente des conduites et dont le fondement se trouve dans la théorie de la vie psychique formulée par Freud ».  Elle est utile pour diagnostiquer ceci ou cela, mettant les patients en zone de confort, d’intouchabilité, voire d’irresponsabilité confortable,  délivrer une ordonnance, justifier les nécessaires changements de poste, influencer les tribunaux pour les réductions de peine voire les annuler comme avec le meurtrier de Jaurès, justifier les alibis personnels et ancrages de violences subies, les blâmes faciles en les écrivant parfois dans un cahier certes peut-être thérapeutique mais sans programme de travail à la clé, conservant l’individu dans des certitudes et des projections. Elle sert aussi à analyser les mauvais rêves souvent perturbateurs et destructeurs en oubliant les beaux qui le méritent aussi, mais à quoi bon si tout va bien. A quand les psys du maintien du bonheur ou des bonnes nouvelles qui devront être financés par l’Etat sous peine de faillite, comme l’étaient autrefois les médecins chinois pour maintenir en bonne santé et non soigner. Mais peut-être est-ce aussi cela quand on va chez son psy comme on va chez le coiffeur souvent simplement pour parler ? La psychologie nous sert aussi à décrypter l’histoire ou à comprendre les origines des guerres ou autres tensions d’origine humaine, voire comment les éviter afin de pouvoir vivre en paix ou plutôt en harmonie avec les besoins psychologiques revendiqués par les uns et des autres et très souvent différents.

Le coaching professionnel utilise la psychanalyse car il s’adresse à des individus afin de comprendre les personnalités, les réalités structurelles, individuelles et de groupe, pour faciliter les relations, les projets, les négociations ou autres process. En entreprise ou chez les clients, où nous passons la majorité de notre temps, en dehors des périodes de confinement, il s’agit souvent aussi de compenser un manque d’écoute, de compassion, d’estime de soi, comme peut le faire aussi le leader psychologique en entreprise ou le prêtre dans le confessionnal avec parfois un fardeau à partager voire à transmettre pour réduire la plaie, sauf à pardonner à son prochain ou absoudre la faute de comportement jusqu’à la prochaine séance ou la prochaine indulgence compensatrice. Parfois rien ne fera plus d’effet qu’une bonne hypnose consciente ou qu’une bonne fiole de potion magique en attente que le client puisse se réguler seul en trouvant les clés.

Nous orientons d’abord les clients, plutôt que les patients, les plus critiques vers un psy dont c’est le métier principal ou unique pour retrouver des bases reconstituées mais avec l’engagement de les libérer plutôt que le mettre dans un état de dépendance, sauf s’il le font en toute conscience et liberté, alors que souvent leur inconscient, qui est parfois la base de sauvegarde, comme quand vous conduisez, les invite à quitter leur siège.

Les « psy » chiatres, chologues, cothérapeutes, selon leur formation, devraient aussi parfois faire l’acte inverse quand ils sentent qu’ils ont atteint les limites de leur domaine plutôt que conserver un client devenu un patient et un revenu récurrent. Ils devraient le faire avant que certaines personnes, clients ou patients, qui n’avancent pas après 2 à 3 ans de psychanalyse, se tournent d’elles-mêmes avec résultats vers le coaching professionnel ou le coaching de vie et leurs méthodes à la fois globales et spécifiques, réalistes, réalisables et déterminées dans le temps, dont psychologiques, afin de sortir des ornières et comprendre enfin ce que signifie marcher sur ses deux pieds. Mais là aussi il faudra un certain nombre de séances.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
I really like your beautiful blog. See you soon.
Répondre